«Jésus, s'il te plaît, point de pluie.»

Les rêves d'une journée au lac de mon fils de trois ans pour aller pêcher et faire du canotage s'évanouissaient avec la pluie.

À peine un souffle plus tard, il conclut, «Maman, Dieu ne m'a pas entendu. Il pleut toujours.»

«Bébé, parfois Dieu ne répond pas à nos prières dans l'immédiat. Nous devons être patient pendant que nous attendons qu'Il réponde.»

Vous devez aimer ces moments lorsque Dieu vous laisse expliquer la Vérité en des termes enfantins plus pour vous-même que pour votre enfant.

Réaliser que j'avais la patience d'un petit de trois ans était aussi terrible que prendre une gorgée de Robitussin, mais c'était le vrai problème.

Quand je me relève de ma prière et que j'ouvre mes yeux, je m'attends à voir les mains de Dieu étendre la réponse à mes prières sur un plateau d'argent, avec cette substance verte saupoudrée dessus (Dieu ne lésine pas quand il attribue des bénédictions!).

Dans une société tellement habituée au illico presto, la patience est plus loin de notre vocabulaire que jamais.

Mais c'est la patience qui possède une douce promesse dans l'Écriture.

La Parole éternelle dépeint une image claire: La patience trouve grâce auprès de Dieu (1 Pierre 2:20).


SI NOUS VOULONS VOIR LA GR CE DE DIEU DANS NOS VIES, NOUS DEVONS ÊTRE CAPABLE D'ATTENDRE, D'ENDURER PATIEMMENT LE MOMENT ENTRE LES PROMESSES SECRETES DE DIEU DANS NOS COEURS ET SA PROVISION VOLONTAIRE DANS NOS VIES.

Cette patience n'est pas la même qu'être en file d'attente dans une épicerie à la caisse et quitter sans se plaindre ( Ah! En vrai je peux faire ça de ma propre force. Sur un bon jour. Du moment que mes enfants ne soient pas avec moi et que je ne sois pas en retard).

Non, cette patience biblique est surnaturelle, une portée sur la foi pour un rêve ou un miracle de plusieurs années lorsque le ciel semble silencieux.

Est-ce que tu trépignes d'impatience pour les promesses de Dieu, ma sœur, mais tu te sens découragée durant cette attente? Te demandant si Ses promesses se rapportent vraiment à toi? Sache que moi aussi.

Voici ce que Jésus nous encourage à faire aujourd'hui:

Que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses (Hébreux 6:12, LS). Cette notion «d'imiter» est à appliquer comme modèle.

À coup d'œil, les histoires dans la Parole semblent se dérouler trop vite. Nous pouvons lire quelques pages et terminer l'histoire de quelqu'un, en appelant à la complétion en quelques minutes.

Nous devons nous rappeler que nos quelques minutes de lecture englobent souvent les années de la vie de quelqu'un. De plus, les pages n'ont pas de place pour enregistrer les minutes de jours où ces hommes et femmes ont été fidèles à Dieu dans l'attente.

Si nous étudions vraiment la Parole, en la prenant comme modèle sur la manière dont Dieu a travaillé dans le passé et comment il va travailler dans le futur, nos cœurs seront encouragés à endurer patiemment la saison d'attente dans laquelle nous nous trouvons.

Hébreux 6 nous donne le modèle même qu'il nous invite à imiter.

Et c'est ainsi qu'Abraham, ayant persévéré, obtint l'effet de la promesse (Hébreux 6:15,LS).

Je ne sais pas pour toi, mais l'histoire d'Abraham redéfinit mon idée « d'attendre patiemment ».

Il a attendu cent ans pour avoir un enfant avec sa femme.

Plus spécifiquement, le temps entre Dieu promettant à Abraham un fils (Genèse 15:4) et la naissance d'Isaac (Genèse 21:2) était d'environ quatorze ans.

C'est 168 mois, 5110 jours, ou 7,35 millions de minutes, cela dépend de la mesure du temps que tu utilises.

Nous aurons jamais une transcription des pensées d'Abraham montrant combien de fois il questionnait, doutait, se sentait vaincu ou carrément brisé.

La Parole inclut bien la tentative d'Abraham à remplir la promesse de lui même avec une femme qui n'était pas son épouse. Heureusement, la grâce murmure qu'attendre patiemment n'est pas pareil qu'attendre parfaitement.

Mais quand nous observons sa vie entière, Abraham était fidèle. Il a maintenu le cap. Il a géré et a gardé la lumière d'espoir chancelant dans les plus sombres nuits.

Dieu nous incite à joindre notre foi avec la patience car la patience authentifie notre foi. La patience est l'évidence de notre détermination à marcher non par la vue mais par la foi. Ce genre de foi est ce qui plaît à Dieu.

Et c'est pourquoi c'est le patient qui hérite les promesses, ma sœur.

Quand je me rappelle les moments où j'ai attendu que Dieu réalise Ses promesses envers moi, je vois que c'est le choix d'y croire patiemment, la patience de mon cœur comme le parfait processus de fidélité, qui m'a mûri.

Chaque minute j'attendais un rappel de ma dépendance du Père.

Chaque minute adoucissant mon cœur dans l'humilité.

Dieu ne nous fait pas attendre parce qu'Il aime nous regarder lutter avec notre croyance et nos désirs charnus.

Attendre fait parti de Son plan car la patience laisse le parfait travail de Dieu réussir dans nos cœurs.

Chaque minute où tu attends ton futur époux est un rappel que ce n'est pas sur ta beauté, sur ta personnalité, ou sur ce que tu as à offrir mais sur ta dépendance de Dieu à l'amener à toi.

Chaque minute où tu attends le signe plus sur le test de grossesse est un rappel que ce n'est pas un problème d'utérus mais qu'un Créateur connaît le moment parfait pour ta maternité.

Chaque minute où tu attends et travailles pour ton rêve est un rappel que ce n'est pas seulement tes capacités mais aussi Son temps, le rendez-vous divin qui va mener toute la gloire vers Lui.

Alors que notre foi est testée dans les minutes d'aujourd'hui, réglons notre imitation sur la patience.

Car c'est le patient qui hérite les promesses, ma sœur.

Ce fut une longue route au lac pour un petit de trois ans, mais alors que nous nous arrêtions à la maison, la pluie s'arrêta. Mon fils de trois ans était heureux. Et moi? Mon cœur a renouvelé son espoir une nouvelle fois.


« Dieu ne nous fait pas attendre parce qu'Il aime nous regarder lutter avec notre croyance et nos désirs charnus. Attendre fait parti de Son plan car la patience laisse le parfait travail de Dieu réussir dans nos cœurs. »


À PROPOS D'ALANNA

Alanna Smallwood est la femme de Shane, sa source de force; Mère de deux merveilleux garçons, âgés de 3 ans et 1 an; Chanteuse, dans la voiture le plus souvent, mais aussi à la chorale de son Église; Professeur de commerce, même si elle met actuellement son attention sur l'éducation de ses garçons; Cuisinière avec un amour sur tout ce qui est chocolat; Experte de l'honnêteté et la loyauté dans les relations; Serviteur de Jésus. Alanna aime son Église et aspire à se voir grandir dans la foi et la maturité.